Pommes de terre : la propagande officielle financée par vos impôts

Publié le par Naturopote

  • Une campagne en faveur des pommes de terre est financée par l’Europe, l’Etat et la filière agro-industrielle
  • Selon cette campagne, la pomme de terre serait un « sucre lent »
  • Ceux qui connaissent l'index glycémique sont priés de ne pas rigoler

         

Une campagne en faveur de la consommation de pomme de terre se déroule actuellement sur fond de propagande et de langue de bois digne de la diététique sous l'ère du couple Ceaucescu. Selon cette campagne qui fait appel à des concepts d'une grande modernité puisque déjà caducs dans les années 1980, il faudrait manger plus de pommes de terre notamment parce que la pomme de terre apporterait « des sucres lents ». Relisez. Vous avez bien lu. Et ce n'est pas tout : « grâce à leur richesse en glucides complexes (l’amidon), les pommes de terre sont une source d'énergie progressive (terminés les coups de fatigue !) et elles favorisent la satiété (finies les petites fringales et envies de grignotage !). »

Cette campagne d'inspiration brejnévienne ayant l’aval des pouvoirs publics, (qui la financent avec nos deniers, merci !) on suppose donc qu’ils en ont validé le contenu. De deux choses l’une donc :

  1. Les autorités sanitaires ignorent le concept même de l’index glycémique, qui classe les pommes de terre non pas dans les « sucres lents » mais, pou la plupart des préparations, dans les aliments les plus dangereux pour le sucre sanguin, le pancréas, la prise de poids, et laNutrition.fr leur adressera sur demande Le Nouveau régime IG avec sa couverture pelliculée à l'épreuve des projections de purée ;
  2. Les autorités sanitaires, connaissant sur le bout des doigts grâce à LaNutrition.fr le concept d’index glycémique, avaient mis au point une campagne nationale visant à limiter la consommation de pommes de terre et alerter la population sur le risque d’obésité, de diabète associé à une alimentation riche en pommes de terre, mais des coquilles funestes se sont glissées dans la copie finale, et voilà, "maintenant c’est trop tard, on ne va quand même pas refaire une campagne de pub pour ça, d’autant que ça fait tellement plaisir à nos amis de la frite, du flocon et de l’amidon transformé".

Les organisateurs de cette campagne ne craignent ni le ridicule, ni le goudron et les plumes, puisqu'ils proposent même un "chat" le 26 janvier à 17h00 avec une diététicienne. Si vous vous connectez, ne soyez pas trop dur avec elle...

Après "la pomme de terre, une amie pour mon diabète et mon syndrome métabolique", ne ratez pas les prochaines campagnes gouvernementales financées par vos impôts : "le sucre, un ami pour les prothésistes dentaires" et "le lait, un ami pour la prostate et son cancer."

source: http://www.lanutrition.fr/les-news/pommes-de-terre-le-retour-de-la-propagande.html

 

Publié dans societe

Commenter cet article

Naturopote 07/02/2011 17:59


Même si les diététiciens connaissent l'Index Glycémique, les livres de cours et la formation des diététiciens est nettement orientée par l'influence de l'agro-alimentaire.
Partout, on vous dit de commencer du calcium = lait, du fer = viande et des glucides = pain.
Bien sûr, en lisant de près, vous voyez qu'il est recommandé de consommer des produits complets (pain, pâtes, riz) mais au final, les étudiants retiennent juste que " le Français ne consomme pas
assez de glucides", donc un diététicien vous fera manger plus de pain, 3 yaourts par jour et de la viande à chaque repas.
CONSTERNANT...