Accueillir notre enfant intérieur

Publié le par Sandra

Il arrive un jour, où, après avoir vécu diverses expériences plus ou moins douloureuses, que tu décides de faire face à toi-même t’affronter. Tu baisses les armes de ton esprit contre ton cœur et tu interroge ce dernier. Que m’arrive-t-il? Que se passe-t-il? Dit-moi cher cœur, d’où vient ta souffrance? Et celui-ci de répondre; À chaque joie, je te crie mon bonheur. À chaque bonheur, je te crie ma joie. À chaque malheur, je t’exprime mes pleurs, mes peurs…
Oui, mais, cher cœur, pourquoi alors je souffre lorsque je réfléchi à ma vie? Lorsque je pense à ceux qui m’ont trahie? Lorsque je me sens bannie?
Parce que tu ne m’écoutes pas , chère amie… Je suis là, à te souffler à l’oreille, le mot Pardon et toi , tu n’écoutes que tes pensées. Tu cultives ton mal-être en ne vivant pas , ici et maintenant…
Oui, mais cher cœur, comment t’entendre? Comment différencier ta voix à celle de mon égo? Elle est semblable, la même tonalité, je ne comprends pas?
Ma chère amie, c’est bien normal. Puisque l’ego est mon frère. Sans lui , tu ne pourrais avoir conscience de moi et du bien que je t’apporte. Il est facile de me différencier puisque lorsque je m’adresse à toi , tu peux ressentir un bien-être. Si dans un choix, tu ne te sens pas pleinement satisfait, c’est parce que tu ne m’écoutes pas. Ma parole ne vient pas sans un sentiment d’euphorie. Il est certain que si , face à une situation, tu choisi un chemin autre que le mien, tu ne te sentiras pas bien. Par exemple, tu choisis de travailler dans un métier payant, qui t’assurerait une bonne réussite financière, mais cependant , ce travail va à l’encontre de ta passion. Tu pourras te procurer facilement une voiture , mais bien vite, en étouffant ma voix, tu n’auras tous les biens matériels, mais aucun bien moral et émotionnel. Il vaut mieux vivre heureux que de vivre malheureux …
Oui, mais cher cœur, pourquoi suis-je anxieuse parfois? 
Ma chère amie, je me sers d’émotions pour te parler. Sans elles, tu ne me comprendrais pas. Parle mon langage et tu sauras où aller. Lorsque je t’exprime de la colère, cela veut dire qu’il y’a quelque chose qui se passe et dont tu n’es pas en accord. Alors exprime –toi. Cela peut aussi vouloir dire que si un événement t’atteint à ce point, c’est parce que tu as négligé de t’occuper d’une souffrance passée et moi, tant que tu ne la soignes pas, je vis avec et cela me fait mal. Mon but est que tu te libères de ces blessures enfouies et non guéries , alors je te parle avec les émotions pour que tu prennes conscience qu’elles existent. Je veux être libre et ma liberté t’apportera un bonheur en permanence…
Oui, mais qui me dit qu’un jour , je ne souffrirais pas à nouveau et de ce fait, je perdrais mon bonheur?
Baliverne, ma chère amie, puisqu’en écoutant tes peines, tu apprends de ce fait à te libérer de tes chaînes. Lorsque tu te délivres , tu apprends de plus en plus, comment ne plus être affecté par les expériences qui se manifeste dans ta vie. Lorsque tu trouves le vrai bonheur, en moi, tu ne cherches plus à combler des vides qui autrefois te donnaient l’illusion d’un faux bonheur. Lorsque tu trouves le vrai bonheur, il est très difficile de le perdre. Je ne dis pas que tu ne souffriras plus, mais tes souffrances deviendront un terrain d’apprentissage et l’opportunité de grandir encore plus. Tu les affronteras d’un œil différent et tu vaincras leurs effets dévastateurs.
Mais cher cœur, promet –tu de ne jamais m’abandonner?
J’ai toujours été là. Toujours. La lumière émane de moi et mon seul et unique but , c’est que tu apprennes à jouir de la vie, tout simplement, sans artifices. Je veux que tu te réveilles tout les matins en disant merci à la vie. Je veux que tu te couches tous les soirs, en disant merci. Je veux que tu te sentes tout simplement bien,ici et maintenant.
Ok, cher cœur, je le veux aussi . Comment procède-t-on?

C’est simple , chère amie, écoute moi…
Écoute ton cœur.
Texte écrit par Nathalie Bellerose-Hamel

Commenter cet article

Clovis Simard 20/06/2012 00:38

Blog(fermaton.over-blog.com),No-21, THÉORÈME DU JARDIN.- Dis moi ou est ton coeur ?